Chronique 11 (9-11-03)


Une manière comme une autre de s'abstraire des divers soucis de la vie, et d'oublier la multitude des tracas quotidiens, je restais béat devant les bûches flamboyant dans l'âtre. Détaillant quelques flammèches violettes, quelques fumerolles, quelques crépitements et expirations. Minutes sereines et exquises.

Une flamme virevoltante soudainement sortit de la cheminée et se tint devant moi.
" Dis Papy, tu pourrais m'apporter des gâteaux au chocolat ? Des hyper bons, hein ! Tu peux pas comprendre, mais c'est top trop vital pour moi. "

Comment réagir ?
Appeler les pompiers, les secours, des voisins ? Prendre une douche ou partir en voyage ?
Ou bien faire des gâteaux au chocolat.
Finalement, comme j'avais une recette à essayer….

Une heure plus tard, je déposais un cake au chocolat devant la cheminée. Comme les braises paraissaient s'affaiblir, je remis du bois et ravivais le feu.
Mais rien ne se passait.

Je m'engonçais donc dans un fauteuil et me plongeais dans la lecture d'un énorme pavé romancé. L'arrivée de Mélusine m'en sortit.
" Mais ton gâteau au chocolat, tu ne devrais pas le laisser devant la cheminée …"
Au premier geste elle comprit, et nous changeâmes de sujet. Il en est tant de plus intéressants que la géographie des gâteaux au chocolat.

Le lendemain, lorsque je vins nettoyer la cheminée, je trouvai un morceau de papier calciné sur les bords, mais dont le texte était bien lisible, malgré l'écriture flamboyante et brûlée.
" Merci Papy. Grâce à toi, ça flambe pour moi. Elle est la flamme de ma vie. Mais ne dis rien à mes parents, ils ne peuvent pas comprendre. "
Et bien sûr plus trace du gâteau.

Il fallut l'œil acéré de Mélusine pour remarquer, bien plus tard, de curieuses taches dans le foyer de la cheminée. Comme du chocolat fondu.

Cake choco-noisette à l'orange
Cuisine gourmande Septembre-Octobre 2003

125 g de cassonade, 60 g de farine, 1/2 sachet de levure chimique, 125 g de beurre ramolli + 30 g pour le moule, 3 œufs, 3 càs de cacao amer, 4 càs de pâte de noisette (Nutella), 2 càs de liqueur d'orange, 150 g d'orange confite, 1 pincée de sel.

Allumez le four à th.7 (210°) Détaillez 50 g d'orange confite en lanières et hachez le reste.
Fouettez le beurre avec la cassonade en mousse claire. Incorporez les œufs, un par un, puis la farine tamisée avec la levure et le sel. Lorsque la pâte est homogène, prélevez-en le tiers et ajoutez-lui la pâte de noisettes. Mélangez au reste le cacao, la liqueur et le reste d'orange confite hachée.
Versez le tiers de la pâte chocolatée dans un moule à cake tapissé de papier sulfurisé beurré. Recouvrez d'une couche de pâte noisette puis à nouveau de pâte chocolatée. Continuez jusqu'à épuisement des ingrédients.
Enfournez, cuisez 10 minutes puis baissez le thermostat à 6 (180°C) et laissez cuire de 30 à 35 minutes. Vérifiez en enfonçant une lame de couteau au centre du gâteau, si elle en ressort sèche, le gâteau est cuit. Laissez tiédir 5 minutes.
Démoulez le cake sur plat et parsemez-le de lanières d'oranges confites. Découpez-le en tranches pour servir.