Chronique 4 (22-9-2002)


Lorsque enfin il arriva devant la grande porte à double battant, il était essoufflé. La dernière pente était rude, et le chemin peu facile à gravir, avec ces pierres roulant sous les pieds, l'absence de lumière et le vent en rafales. Et pas un seul bistrot sur la route pour se désaltérer.
Mais enfin, voilà le but ultime.
Il reprit son souffle avant de sonner et de se présenter :
" Saint-Pierre, c'est Bobosse ! "
" Bobosse ? de Saint Jean d'Ardières ? Le Pape de l'andouillette ? J'espère que vous n'êtes pas venu les mains vides !… Mais non, je plaisante. Entrez donc au Paradis, prenez ce ticket d'inscription et suivez le couloir de gauche. "
A peine cinq minutes plus tard, Saint-Pierre le vit revenir, comme affolé.
" Mais Saint-Pierre, je ne comprends pas. Vous m'aviez bien dit que j'étais accepté au Paradis, et voilà que je me retrouve face à face avec un diable et sa fourche ! "
" Mais c'est normal. Comme beaucoup d'autres, nous avons fusionné. Suivez le couloir de gauche, et montrez bien votre ticket. Vous serez effectivement traité comme un bienheureux. "

Quelque temps plus tard, Saint-Pierre, excédé par des bruits exagérés de chansons, cris de joie et autres manifestations tapageuses, indignes de la dignité du lieu dont il présidait l'entrée, s'apprêtait à prendre son téléphone, lorsqu'il vit arriver derrière lui une bande de fêtards, sortant du Paradis, bras-dessus bras-dessous.
" Il est des no-ôtres, il a eu son auréole comme les au-autres. " chantaient à tue-tête quelques Bienheureux, l'auréole de travers, mêlés à quelques diablotins, entourant Bobosse !

" Mais vous avez perdu la tête ! Où vous croyez-vous ! "
" Ben, au Paradis, tiens. Quelle question ! Et les copains ont fait une petite fête pour mon arrivée. Même que les diablotins nous ont trouvé quelques bonnes bouteilles ! "
" Et où pensiez-vous aller ? Retourner sur Terre peut-être ? "
" On s'est dit que valait mieux éponger un peu ce qu'on a bu. Alors un petit mâchon de saucissons, saladiers Lyonnais ou autres bricoles…. "
" Et pourquoi pas aussi un poulet au vinaigre, pendant que vous y êtes ! "
" Ah c'est une bonne idée, Saint-Pierre. Vous descendez avec nous alors ? Je connais une superbe adresse pour le poulet au vinaigre."

Et pour la première fois, l'entrée du Paradis resta fermée quelques heures.


poulet fermier sauté au vinaigre (adaptée de la recette d'Alain Chapel)

1 poulet de 1,6 kg, 1 tomate émondée et épépinée, 2 gousses d'ail en chemise, 100g de beurre, 5 cl de crème, 4 cuillérées de moutarde forte de Dijon, 3 cuillères de coulis de tomate au basilic, estragon, 1/3 de litre de vin blanc sec
Préparer deux toutes petites bouteilles de vinaigre de vin, l'une de blanc, l'autre de rouge, munies d'un bouchon où l'on taille au couteau deux rainures

Le déglaçage au vinaigre est très important, le répéter souvent. Chaque morceau doit s'enrober de caramel.

préparation et cuisson :
Préparer une sauce à froid en mélangeant au fouet la moutarde, le coulis de tomates, et le vin blanc, veiller à ce que cette sauce ne soit pas trop épaisse.
Couper le poulet en fricassée, assaisonner les morceaux et les colorer au beurre avec les gousses d'ail.
Après 5-6 mn, lorsqu'ils ont pris une belle couleur blonde, dégraisser une première fois avec quelques traits des deux vinaigres. Couvrir la sauteuse, tourner les morceaux de poulet, déglacer une seconde fois et couvrir. Recommencer l'opération 4 ou 5 fois.
Mouiller avec la sauce à froid préparée à l'avance. Porter à ébullition. Saler de quelques grains de gros sel.
Enlever les filets mignons et les suprêmes, ils sont presque cuits; laisser cuire doucement les autres morceaux quelques minutes.
Eplucher la tomate, la couper en petits cubes en enlevant tous les pépins et en les égouttant un peu. Les étuver doucement au beurre et à l'estragon.
Remettre les suprêmes et les mignons pour terminer leur cuisson.
Débarrasser les morceaux de poulet, enlever les gousses d'ail. Passer la sauce au chinois en pressant bien. Monter au beurre, crémer, rectifier l'assaisonnement.

dressage :Dresser sur un plat de service; napper à la cuillère chaque morceau avec la sauce. Disposer sur chacun d'eux un peu de tomate étuvée. Accompagner avec un peu de ratatouille.