Chronique 8 (20-10-2002)


Le feu de bois était très vif, comme un bûcher, et à lui seul il éclairait toute la clairière. On entendait, dans la nuit silencieuse, bouillonner le contenu du gros chaudron de cuivre.
Sortant de la pénombre des arbres, la sorcière s'en approcha et scandait des paroles incantatoires, tout en tournant son regard vers le ciel étoilé et faisant de nombreux gestes vifs de ses bras.
Elle paraissait très jeune, et fort jolie, toute vêtue de vert, sa longue chevelure rousse flamboyant aux reflets du feu.

Assis sur une souche, j'attendis longuement qu'elle en ait terminé avec son étonnant labeur.
Le feu éteint, le contenu du chaudron vidé dans quelques fioles, je sortis de la pénombre et lui proposais mon aide pour transporter ses ustensiles.

" Ce n'est pas de refus. La forêt est un lieu efficace pour certaines préparations, mais ce n'est pas de tout repos de transporter le matériel. Venez, j'ai garé ma voiture par là-bas. "

Portant le lourd chaudron, j'eu plaisir à suivre son délicat parfum et sa démarche féline.
Une fois la petite voiture verte chargée du matériel, elle me proposa de l'accompagner et de partager son repas.
En chemin, elle m'expliqua travailler pour de grandes entreprises de produits lessiviels et chercher de nouvelles formules de détergents.
" J'obtiens de meilleurs résultats dans la forêt que leurs ingénieurs en labos ! " disait-elle en riant.

Installé en cuisine, je la regardais œuvrer en tous sens pour préparer la sauce d'un filet de chevreuil.
" Pas de soucis, Merlin ! Rien de chimique dans ma cuisine ! Et pas de poudre magique non plus. " disait-elle en riant et manipulant les diverses casseroles et ingrédients, tous effectivement naturels. Et les parfums embaumant la cuisine en étaient la preuve.


Ces mots à peine écrits, je sentis une présence chaleureuse derrière moi, et un baiser chaud s'insinuer dans mon cou.
D'un geste léger Mélusine saupoudra mon parchemin d'un sable gris effaçant toutes mes écritures.
"Tu sais Merlin, les voitures n'ont pas encore été inventées, même les vertes …. Et les jolies femmes rousses, sorcières ou pas, tu devrais aussi les oublier. Par contre, le filet de chevreuil pour ce soir, il faudrait peut-être te mettre à y penser. "


Filet de chevreuil, sauce Sorcière.
1 filet de chevreuil et ses parures, 1 petit chou-fleur, 3 pommes,200 g. de mirepoix de légumes (carotte, navet, poireau, céleri, oignon, etc.), 300 g. de champignons de saison, 5 clous de girofle, 1 c. à c. de curry, 1 c. à c. de cannelle, beurre, 2 c. à s. de confiture d'airelles, 1 l. de vin rouge, 1 c. à s. de Cognac, 50 cl. de bouillon de volaille, vinaigre

Faire cuire les sommités du chou-fleur avec du vin rouge, quelques clous de girofle et une c. à c. de curry.
Eplucher les pommes, les couper en petits quartiers, ajouter un peu de cannelle et les faire revenir au beurre puis ajouter quelques centilitres d'eau et laisser cuire en compote.
Faire revenir les parures au beurre. Etuver une mirepoix de légumes que l'on ajoutera aux parures. Verser du Cognac et monter à ébullition.
Mouiller avec du bouillon et laisser à réduction.
Après cuisson, réserver le chou-fleur et verser le vin de cuisson dans la sauce des parures. Laisser réduire.
Ajouter la confitures d'airelles, puis après quelques minutes de cuisson douce, ajouter la purée de pommes et laisser à petit feu.
Réchauffer le chou-fleur au four avec quelques noisettes de beurre.
Faire sauter les champignons à la poêle avec un filet de vinaigre.
Saisir délicatement les filets de chevreuil et servir sur assiettes chaudes.