Chronique 3 (14-09-03)


Derrière la ferme du François, au bout du pré, il y avait un arbre tellement vieux qu’il n’a pas supporté les dernières canicules. Il avait bien fallu couper les branches pour éviter les accidents. Pour le tronc, cela pouvait attendre. Passant à ses côtés, machinalement je toquais du poing sur le tronc mort. A ma grande surprise, une nuée se forma donnant naissance à un personnage évanescent et néanmoins très poli. Il se présenta comme le génie de l’arbre du pré du François, et tout disposé à réaliser les multiples souhaits et commandements que son maître, moi en l’occurrence, daignerait lui soumettre. « Aimable génie, peux-tu me préciser à combien de souhaits j’ai droit ? » « Enfin, Maître ! Entre un vrai génie et un bon maître, il ne saurait y avoir de comptes. Tous les souhaits que vous exprimerez seront exaucés. Sans limite de quantité, ni de durée. Tant que vous demeurerez mon Maître. » « Mais qui donc décidera qu’un jour je ne sois plus ton Maître ? » « Le Grand Ordonnateur peut juger qu’un souhait est abusif. Alors vous serez déchu immédiatement, supprimé du monde des vivants et le génie à votre service de nouveau enfermé dans un arbre mort, ou une lampe, selon les contrées. Mais si vous voulez en savoir plus, voici le mode d’emploi complet. » Emportant le volumineux ouvrage, je lui donnai congé jusqu’au lendemain. Que demander à un bon génie, sans prendre le risque d’abuser ? Et ne rien lui demander pourrait être vexant, et sans doute aussi réprimé … Le lendemain, je l’envoyai donc faire quelques courses. « Tu manges avec moi ce soir, Geff ? Tu permets que je t’appelle Geff, cher Génie du pré du François ? » Il permit, fit les courses tout en m’interrogeant à distance pour le choix du morceau de rôti de porc, et m’aida même à préparer le repas. « Alors, Geff, ce rôti de porc à l'orange et figues aux amandes, qu’en penses-tu ? » « Nul génie ne pourrait souhaiter autre situation : je suis le génie le plus chanceux sur terre ! » Rôti de porc à l'orange et figues aux amandes Cuisine actuelle, hors-série août - septembre 2003 Pour 6 personnes Préparation: 20 min Cuisson: 1 h 45 1 rôti de porc de 1,2 kg sans barde, 12 figues fraîches, 4 oranges non traitées, 2 gousses d'ail, 2oignons, 2 brins de thym, 20 g de beurre, 40 g d'amandes entières mondées, 2 cuil. à soupe de miel, 1 cuil. à soupe d'huile, 1 cuil à soupe de vinaigre, 1 cuil. à café de gingembre en poudre, 1 cuil. à café de cannelle, sel, poivre. Allumez le four à th. 7 (210 °C). Taillez le zeste de deux orange en filaments puis ébouillantez les environ 1 min. Rincez-les puis renouvelez l'opération une fois. Dans une cocotte, faites rissoler les oignons pelés et émincés 10 min dans l'huile et le beurre. Mettez le rôti salé, poivré et poudré de cannelle et gingembre dans la cocotte avec le jus de trois oranges, les zestes, le thym et l'ail pelé. Couvrez puis cuisez 1 h 15 ; retournez souvent le rôti. Un peu avant la fin de cuisson, faites caraméliser le miel dans une casserole. Hors du feu, versez le vinaigre. Couvrez et faites dissoudre le caramel à feu doux. Rincez, séchez les figues puis fendez-les en croix. Ajoutez-les dans la cocotte. Badigeonnez le rôti de caramel et poursuivez la cuisson 15 min à découvert. Servez le rôti nappé de jus de cuisson réduit entouré des figues parsemées d'amandes grillées et de la dernière orange tranchée.